« Sonneurs de Veuze » impulsent un renouveau Les années 1970-1980
   
    • Chaloupées d'Héric


• Bretonne de Pornic


  Après 1970 apparaît une nouvelle génération de chercheurs comme, par exemple, Roland Le Moigne et Jean-Yves Séveno, qui rencontrent Henri Landreau, Bernard de Parades, Jacqueline Hautebert, Emile Allain...

Une association « Sonneurs de veuze » est fondé en 1976 et une démarche de recherche systématique se met en place. D'autres veuzes sont retrouvées et les collectes de cette équipe conduisent à la publication, en 1979, d'une plaquette traitant des aspects organologiques et historiques de l'instrument.

Puis, les enquêtes d'archives et de terrain, menées dans les années 1980, vont permettre de réaliser le premier 33-tours consacré à la veuze en 1988 sorti aux éditions ArMen-Chasse-Marée. Il est accompagné d'un important livret, richement illustré, qui fait le point des connaissances sur le sujet. Ce disque a été réédité en disque compact en 1993.

Les débuts d'une lutherie de veuze
Quatorze veuzes anciennes, pas toujours complètes, ont été répertoriées. Elles proviennent principalement de Brière (six instruments) et du Marais breton-vendéen. La plupart d'entre elles étaient encore utilisées au début du XXème siècle, quelques-unes ayant été fabriquées pour les derniers veuzous de tradition, d'autres étant plus anciennes. Certaines familles de sonneurs se sont transmis la même veuze pendant plusieurs générations, comme les Blanchard, à la Garnache.

Grâce aux instruments retrouvés, un renouveau de la lutherie s'amorce. Dans un premier temps, Jean-Yves Séveno, Jean-Louis Epain et d'autres fabriquent quelques veuzes, mais c'est Thierry Bertrand qui, à partir du tournant des années 1970-80 commence à faire évoluer ce type de lutherie qu'il va progressivement mener à un haut degré de perfection.

L'instrument fait des adeptes
Parmi les sonneurs pionniers, on trouve Henri Landreau, puis Roland Le Moigne, Jean-Yves Séveno, Thierry Moreau ; ensuite arrive la génération des Thierry Bertrand, Thierry Lahais, Patrick Bardoul, etc..Parallèlement, on voit des sonneurs de biniou (kozh ou braz) ou de bombarde réputés, s'acoquiner aussi avec la veuze, tels christian Anneix, Jean Baron, Didier Durassier...