Veuze et biniou : un ancêtre commun ? XVIII-XIXème siècles
   
   
• Suite marche-laridés




  Le mot biniou n'a semble-t-il pas toujours défini l'instrument populaire que l'on connaît aujourd'hui : plusieurs gravures du XVIIIème siècle et du début du XIXème siècle montrent des « sonneurs de biniou » bas-bretons jouant sur une cornemuse à long pied analogue à la veuze, parfois sans être accompagnés d'un sonneur de bombarde.

Il est impossible aujourd'hui de savoir quand et comment le biniou a adopté la tessiture aiguë qui fait sa particularité et lui permet de compléter efficacement le son de la bombarde.

L'explication la plus séduisante – la plus plausible ?– est de supposer que jusque vers la fin du XVIIIème siècle une cornemuse identique à la veuze était en usage dans toute la Bretagne.

Pour une raison inconnue, celle-ci a subi un changement d'octave et donné le biniou actuel, dont l'usage se serait imposé au début du XIXème siècle, tandis qu'en Loire-Atlantique l'instrument ancien se maintenait. Cette hypothèse renforce les liens entre les deux cornemuses populaires bretonnes.