La harpe dans l'Antiquité Avant le IXème siècle
   
   





















  Les plus anciennes représentations de harpe datent d'environ 3000 ans avant J.-C. : elle est connue du monde suméro-chaldéen, par exemple.

En Egypte, elle apparaît vers 2700 avant J.-C. : harpe arquée, comme l'instrument sumérien, à laquelle succède bien plus tard la harpe angulaire, importée probablement d'Assyrie à l'époque saïte (vers 700 avant J.-C.).

Puis la harpe se propage dans l'ensemble du Proche-Orient, et jusqu'en Inde, en Birmanie et à Java, et, vers l'ouest, à travers les îles égéennes jusqu'en Grèce et à Rome. Peut-être a-t-elle été importée en Europe occidentale par les Phéniciens dès 1100 avant J.-C. ?

La caisse de résonance de la harpe de Sumer était creusée dans le bois même de l'arc. Les cordes étaient pincées par les doigts, le musicien maintenant la caisse contre son épaule.

La harpe angulaire égyptienne, qui remplace la harpe arquée, est constituée de deux parties : une caisse de résonance et une fixation, le tout uni par des liens.

Elle est jouée dans deux positions :

- soit tenue verticalement, la caisse, reposant entre les cuisses, se dresse contre la poitrine du musicien assis, et les cordes sont pincées par les doigts ;

- soit tenue horizontalement, la main droite frappe les cordes avec un plectre tandis que la main gauche étouffe celles qui ne doivent pas vibrer.

Les peuples celtes utilisent, parmi leurs instruments de musique, des cordophones de type « lyre », comme en témoigne la belle statue en pierre retrouvée à Saint-Symphorien en Paule (Côtes-d'Armor), qui daterait du IIème siècle avant J.-C. Les bardes, musiciens et poètes officiels ont pour rôle d'immortaliser par leurs chants les guerriers au combat et de glorifier les rois de leur vivant.

On ne sait pas précisément à quelle époque cet instrument a été supplanté par la harpe triangulaire, qui se repère dès le IXème siècle, notamment sur un reliquaire irlandais.

Les Celtes disposent très tôt d'un terme spécifique pour désigner la harpe :  telenn  en breton,  telyn  en gallois,  clairseach  en gaélique.