L'accordéon diatonique
Description de l'instrument

  > Aire de pratique
Histoire
  L'accordéon diatonique
 

 

 
   
  C'est un instrument récent, inventé en 1829, qui a évolué très rapidement.

L'accordéon est d'abord, au milieu du XIXème siècle un instrument de salon. Il devient ensuite l'instrument du bal par excellence, s'implantant très rapidement en Bretagne, comme dans toutes les régions de France, au début du XXème siècle.

L'accordéon diatonique est bisonore, c'est-à-dire que l'on obtient un son différent selon que l'on pousse ou tire le soufflet ; l'accordéon chromatique est unisonore, on obtient le même son quel que soit la position du soufflet.


 

 

 

Description de l'instrument
L'accordéon est un aérophone qui fonctionne selon le même principe que l'orgue à bouche et l'harmonica : le principe de l'anche libre. Il a connu de multiples transformations depuis sa création jusqu'à nos jours.

C'est un instrument constitué de 2 claviers et d'un soufflet à main placé entre eux, qui permet le contrôle permanent de la pression de l'air par compression (lorsqu'on plie le soufflet) ou aspiration (lorsqu'on déplie le soufflet).

L'accordéon diatonique possède un clavier chant à droite et un clavier accompagnement à gauche, comprenant de 2 18 basses (chaque bouton donnant soit une basse, soit un accord).

Les touches des claviers chant et accompagnement sont des touches-boutons. Avant les années 1930, on pouvait aussi trouver des touches-piano au clavier chant.

L'accordéon diatonique ne peut être joué que dans la tonalité pour laquelle il a été conçu.

Principe
On joue de l'accordéon en tirant et en poussant sur le soufflet, forçant ainsi l'air emmagasiné à passer sur des lames en métal, les anches, disposées sous chaque clavier dans une boîte. L'air les fait vibrer et produit le son. A chaque note correspond une anche libérée par les boutons.

On appuie sur les boutons du clavier droit pour jouer la mélodie et sur ceux du clavier gauche pour faire l'accompagnement.